Chroniques d'Hornia: Un Sourire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chroniques d'Hornia: Un Sourire

Message par BARVACHE le Mer 23 Fév - 13:54

Un sourire

Chapitre Premier: Mélancolie


Heliel, elfe et gardien de la forêt, faisait son tour de garde habituel lorsqu'il fut interpellé par un soldat personnel du chef de son village, Heolia, célèbre pour ses vents puissants et son immense boisé.

"-Heliel, Heliel! cria le soldat
-Que se passe-t-il Haral?
-Le chef veut te parler. Il dit que c'est très important, que tu ne dois pas être accompagné.
-Bon et bien, j'y vais, je n'ai pas le choix je suppose. répondit le guerrier"

Heliel était dans la maison du chef, agenouillé, presque appeuré.

"-Bien, tu es venu aussi vite que tu as pu je suppose. Je connais bien ton caractère et il me plaît. Plus encore, c'est au roi qu'il plaît. Tu es appellé à lui venir en aide. De ta mission il ne m'a rien dit. Mais tu peux être certain que c'est d'une importance capitale." annonça le chef
Heliel leva la tête et progressivement se remit debout, lentement. Il demanda:

"-Mais...pourquoi moi? Qu'y a-t-il exactement? N'en savez vous réellement rien?
-Rien si ce n'est que c'est urgent. Va! Le devoir t'appelle! répond le chef
-Et bien... je ne puis refuser, je m'y rends de ce pas.
-Vous êtres un brave homme! Que les Esprits vous accompagnent! encourage le chef
-Merci bien Ô notre chef!"



Le guerrier, peut confiant, se rendit donc chez le roi. Arrivé devant le trône, il s'agenouilla. Le roi ne tarda pas à lui dire de se relever et d'écouter attentivement ce qu'il avait à lui dire.

"-Vous êtes digne de confiance, mon cher! Je vous en félicite! Mais ma requête est cette fois plus dangereuse que la précédente...dont vous vous souvenez n'est-ce pas? questionne le roi
-Comment ne pas s'en souvenir. Le Calmanoir que j'ai vaincu! Un combat épique!
-Oui. On n'en a plus entendu parlé, il n'était que souvenir. Mais nous avons maintenant un autre problème de créature dangereuse; à croire qu'elles nous envahissent.
-De quoi s'agit-il? demande le guerrier dubitatif
-Simplement...du Sylvain de Nerva.
-...Pardon? Je n'ai jamais entendu parler d'une telle créature. rétorque Heliel
-Son existence n'est connue que des Elfes du Nord. C'est là bas que ce monstre vit. Il vous faudra l'éliminer avant qu'il aille dévaster le Sud. précise le roi
-Vous voulez dire que...le Nord est totalement détruit? Qu'il ne reste plus rien?
-Non, bien sur que non mais cela ne saurais tarder si nous ne faisions rien!J'ai dépêché un bon nombre de mes hommes, ils cherchent la créature qui s'est à priori cachée. Etrange pour un monstre réputé géant n'est ce pas? Votre mission sera de trouver ce Sylvain et de le tuer.
-J'imagine que je n'ai guère le choix. Ce sera chose faite, vous pouvez compter sur moi!

Et Heliel partit combattre le monstre...

Arrivé sur place, Heliel fut interpellé par un des soldats déjà présents. Le soldat l'informa de la situation. Un village venait d'être ravagé par le Sylvain. Tandis que le soldat donnait des explications à notre heros, un bruit sourd retentit. Grande frayeur. Un autre. Puis un troisième. Le bruit devenait de plus ne plus fort, il se rapprochait.
Un quatrième fracas se fit entendre. La terre se mit à trembler, les arbres environnant furent violamment secoués. De l'eau tomba, un grognement abominable résonnait. Heliel et le soldat, Rydal de son prénom, virent une gueule béante s'ouvrir et laisser percevoir d'énormes dents noircies par le temps. Des yeux globuleux emblant sortir de leurs orbites fixaient les deux guerriers attentivement. Les futures proies eurent un vif instant de reflexion puis se mirent à courir d'une vitesse inimaginable. La bête fondait sur eux, se rapprochant à grands pas de ses victimes. Après une course d'une heure, Heliel et Rydal décidèrent de se battre. Ils se retournèrent. Le monstre s'arreta. Heliel décocha trois de ses flèches empoisonnées; une seule atteint sa cible. Rydal sortit son glaive de son fourreau et attaqua son ennemi de front. Ce dernier évita l'assaut et fut blessé à l'oeil par l'une des flèches d'Heliel. La bête poussa un horrible rugissement et martela le sol de son immense poing. Une fissure s'ouvrit sous le Sylvain et ce dernier tomba. Le monstreétait vaincu. Heliel et Rydal sautèrent de joie. Un troisième soldat arriva, et, voyant cette joie si soudaine, comprit que la menace avait été éradiquée. Les trois vaillants guerriers partirent rejoindre les soldats survivants. Après quelques minutes de marche et de bavardages incessants, un fracas retentit. Une ombre sembla survoler les trois guerriers. Une géante créature attérit juste devant eux. C'était le Sylvain. Il avait survécu. Au moment où il commença à attaquer, une voix se fit entendre:
"-Nerva! Arrète ça, c'est fini! Dommage mais je t'ai retrouvé. Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te laisser massacrer tant d'innocents?
-Qui êtes vous!? Demanda Heliel
-Peu importe, soldat! Je tiens juste à m'excuser auprès de vous. Cela ne se reproduira pas, soyez-en convaincus!
-Alors ça c'est fort! s'écria Rydal On risque nos vies et vous vous excusez d'avoir failli nous faire tuer?
-Vous n'êtes pas morts. Si vous voulez l'être continuez le pathétique discours que vous me servez. répondit la voix
-Tsss! Bon et bien nous rentrons et acceptons vos excuses..."

Les trois heros rentrèrent à Heolia, leur village. Heliel laissa ses deux compagnons au village et alla prévenir le roi de ce qu'il s'était passé.
Au palais, un grand silence reignait. Heliel arriva devant le roi et l'informa des évenements. Après une longue réflexion, le roi répondit:
"-Je vous remercie, soldat Heliel, vous petes bien bon. Vous pouvez disposer. Je tiens tout de même à vous dire que ce qu'il s'est passé n'est pas dû au hasard. Cela vient surement de ce que l'on appelle...La Peur."
---
Heliel partit sans répondre au roi. Il arriva chez lui pendant la nuit. A peine avait-il fait quelques pas qu'il sentit comme une subite oppression. Il tourna machinalement la tête de gauche à droite mais ne vit rien de suspect.
"Surement mon imagination" se dit-il
Il ouvrit la porte de sa demeure et, sans réveiller personne, se dirigea vers sa chambre. Au moment où il effleura la poignée de sa main transpirante, il fut pris d'une étrange torpeur. Peu à peu, la pièce s'éclaircissait, laissant apparaître les meubles en bois grossièrement sculptés et les quelques bibelots placés çà et là au gré de la fantaisie de Lylia, la femme du guerrier. En un éclair, la pièce redevint sombre. Une silhouette flottait devant Heliel. Une silhouette d'homme... un homme qui semblait normal à première vue mais qui dégageait une aura curieuse. Pas maléfique, pas non plus bienveillante. Juste déconcertante. A la vue de cet inquiétant personnage, Heliel frémis. Ce fut bientôt la peur qui le gagna. Il ne pouvait rien faire, il était comme prisonnier. L'homme s'approcha et vint placer sa bouche à l'oreille du guerrier. Il lui murmura:
"-N'aie peur, vile créature. Tu auras bientôt besoin de moi...et tu viendras à moi de ton chef, sois en convaincu."
L'homme disparu alors et Heliel se retrouva dans son lit. C'était le matin, il était persuadé d'avoir rêvé, ou plutôt, d'avoir cauchemardé. Après le petit déjeuner et la prière matinale, Heliel se rendit dans la forêt afin de s'ateller à sa tache journalière: garder la forêt.
Rien n'avait changé, les arbres étaient toujours aussi grands, le ciel nuageux et une fine pluie tombait sur les feuilles, laissant entendre un son mélodieux semblable à celui de millers de clochettes. Un sentiment de mélancolie commençait peu à peu à le gagner. Il avait à la fois envie de rire et de pleurer; il ne savait que penser. Il se sentait perdu au milieu d'un vaste océan de tristesse. Un coup de vent passa et des feuilles mortent s'envolèrent, emportant au passage l'espérance d'Heliel. Oui, il espérait, mais ne savait guère ce qu'il espérait. Il attendait sans réellement savoir ce qu'il attendait.
Il sentait peu à peu les larmes couler sur ses joues, réchauffant sa peau glacée par le vent presque hivernal.
Un craquement se fit entendre. Quelqu'un était là. Heliel regarda aux alentours. Personne. Personne si ce n'est une silhouette de jeune fille cachée derrière un immense arbre.
---
La suite plus tard Wink

BARVACHE
Noobzor Lv.5
Noobzor Lv.5

Messages : 30
Age : 21

Fiche
Palmarès: Aucun
Spécialité: N/A
Avertissements: Aucun

Voir le profil de l'utilisateur http://rpgvx-requiem.jimdo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques d'Hornia: Un Sourire

Message par Revak Arahn le Mer 23 Fév - 21:07

Mhhh...
Je déteste faire ça, et je sais pas si tu le souhaites, mais je vais te donner mon avis. Je ne suis pas un pro, mais je vais essayer de te donner ma petite expérience de l'écriture...

L'histoire, en elle-même, est classique. Ni bonne ni mauvaise, juste classique, mais s'il ne s'agit que d'un prologue, c'est tout à fait acceptable. Quoique c'est raconté vachement vite: on va voir le roi, au prochain paragraphe on est proche du monstre, à celui d'après le monstre est vaincu... Tu aurais pu largement détailler, racontant le voyage pour partir à la rencontre du monstre, décrire ce dernier ainsi que le héros, les décors, toussa...

Après, il y a beaucoup de trucs pas logiques:

-Le monstre se cache bien mais apparaît dès que le héros arrive dans le coin?

-
Après une course d'une heure, Heliel et Rydal décidèrent de se battre
Un peu con de se crever pendant une heure pour ensuite combattre la créature. En plus, il y avait d'autres soldats à proximité...

-C'est con comme le combat s'arrête sur un coup de chance: la créature crée une faille dans le sol et tombe dedans...

-Je chipote un peu, mais tuer des monstres, et garder la forêt c'est pas le même métier.

-Heliel est pas super respectueux vu comment il s'adresse à un roi -_-... D'ailleurs, le roi parle d'un truc super mystérieux mais il s'en fiche et se barre sans rien dire?

Je finirai en disant qu'il y a quand même quelques fautes, même si c'est acceptable. Avec quel logiciel ou de quelle manière tu écris ton texte? Car tu pourrais t'aider d'un correcteur orthographique...

M'enfin bref, j'espère que tu écouteras mes paroles, personnellement j'aimerais qu'on me critique un peu plus car même si ça peut être blessant, c'est en se cassant la gueule qu'on apprend à marcher.
Bonne chance pour la suite, si tu veux de l'aide, tu peux toujours me voir, je m'y connais un peu en matière d'heroic-fantasy, d'orthographe et d'écriture en général...

_________________
J'ai mangé vos frites.

Revak Arahn
Citoyen perturbé Lv.14
Citoyen perturbé Lv.14

Messages : 197
Age : 22

Fiche
Palmarès: Aucun
Spécialité:
Avertissements: Aucun

Voir le profil de l'utilisateur http://ekaria.fr/myrmex

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques d'Hornia: Un Sourire

Message par elm6 le Mer 23 Fév - 23:58

Bien, moi qui voulait qu'Imagin prenne une dimension littéraire, je ne vais pas snober les textes qui sont postés.
C'est parti pour un petit commentaire!

Heliel, elfe et gardien de la forêt, faisait son tour de garde habituel lorsqu'il fut interpellé par un soldat personnel du chef de son village, Heolia, célèbre pour ses vents puissants et son immense boisé.
Trash comme début. L'action arrive trop vite. Décris un peu ton personnage, la forêt. Fait le se balader. Une petit paragraphe juste, une dizaine de lignes peut-être, et ensuite, fait arriver le soldat qui l'interpelle.
Ça passe mieux pour le lecteur qui a le temps d'entrer dans le texte sans s'y faire catapulter de force. ^^

-Bon et bien, j'y vais, je n'ai pas le choix je suppose. répondit le guerrier"
Pas terrible comme réplique. Ton personnage a l'air soumis, et manque de caractère, de répartie.
J'aurais plutôt vu un truc du style.
"Je suis occupé."
"Heliel! Il veut te voir d'urgence et seulement toi! Tu ne peux pas l'ignorer!!"
"Moi et d'urgence, hein? Etrange..."
"Alors?"
"Ne t'en fais pas, j'irais."

Heliel était dans la maison du chef, agenouillé, presque appeuré.
Sacré ellipse! Téléport spotted. Tu n'es pas obligé de décrire l'action d'Heliel se rendant chez le chef, mais là ton ellipse est brutale, il faut la signaler de manière plus douce. Je te laisse trouver un moyen par toi-même.
Orthographe: apeurré > apeuré

"-Bien, tu es venu aussi vite que tu as pu je suppose. Je connais bien ton caractère et il me plaît. Plus encore, c'est au roi qu'il plaît. Tu es appellé à lui venir en aide. De ta mission il ne m'a rien dit. Mais tu peux être certain que c'est d'une importance capitale." annonça le chef
Toujours cette idée de "soumission" d'Heliel. Il accourt comme un petit chiot dès qu'on l'appelle, et le chef du village, ainsi que le roi, profitent de lui. C'est ce qu'on ressent. Je suis pas sûr que ce soit ce que tu voulais. ^^' Je vais pas reformuler le dialogue ni ceux qui suivent car je ne veux pas réécrire ton texte, mais il faut que tu y travailles pour donner un poids à tes personnages.
Aussi, le chef me fait penser à maître Yoda dans se façon de parler. x)
Orthographe: appellé > appelé

"-Mais...pourquoi moi? Qu'y a-t-il exactement? N'en savez vous réellement rien?
-Rien si ce n'est que c'est urgent. Va! Le devoir t'appelle! répond le chef
-Et bien... je ne puis refuser, je m'y rends de ce pas.
-Vous êtres un brave homme! Que les Esprits vous accompagnent! encourage le chef
-Merci bien Ô notre chef!"
La soumission d'Heliel est ici poussée à l'extrême.

Le guerrier, peut confiant, se rendit donc chez le roi. Arrivé devant le trône, il s'agenouilla. Le roi ne tarda pas à lui dire de se relever et d'écouter attentivement ce qu'il avait à lui dire.
Là aussi, sacré ellipse, qui passe bizarrement. C'est étrange, quand tu fais une ellipse on arrive pas à la digérer, faudrait revoir ta technique, je saurais pas expliquer ce qui va pas exactement, mais ya bien un truc qui va pas.

On n'en a plus entendu parlé, il n'était que souvenir > On n'en a plus entendu parler, il n'est que souvenir.

Ensuite, il doit tuer un Sylvain capable de détruire à lui seul toute une région, et il ok, j'y vais, comme ça.
Rdv demain boire un café quand je lui aurait botté les fesses?
Tu devrais faire douter ton personnage. Exprimer ses craintes, et donner une raison au fait qu'il accepte sa mission, expliquer pourquoi il aurait une chance d'y parvenir par exemple?

Après une course d'une heure, Heliel et Rydal décidèrent de se battre. Ils se retournèrent.
Bonne idée, fatiguons-nous avant de nous battre! o/
Un peu long comme échauffement non? Qu'ils courent 5 minutes, puis s'aperçoivent qu'ils ne peuvent le distancer, puis décident de lui faire face, ça me paraît plus cohérent.

Aussi il crève de manière très conne le monstre haha! M'enfin pourquoi pas, à la limite.

Une géante créature attérit juste devant eux > Une créature géante [...]

Ok, le sylvain est pas mort, mais son respawn est bizarre. Il était tombé dans une fissure et d'un coup il est au-dessus d'eux? Wtf?

"-Nerva! Arrète ça, c'est fini! Dommage mais je t'ai retrouvé. Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te laisser massacrer tant d'innocents?
-Qui êtes vous!? Demanda Heliel
-Peu importe, soldat! Je tiens juste à m'excuser auprès de vous. Cela ne se reproduira pas, soyez-en convaincus!
-Alors ça c'est fort! s'écria Rydal On risque nos vies et vous vous excusez d'avoir failli nous faire tuer?
-Vous n'êtes pas morts. Si vous voulez l'être continuez le pathétique discours que vous me servez. répondit la voix
-Tsss! Bon et bien nous rentrons et acceptons vos excuses..."
Passage très flou, on comprend pas grand chose. D'où vient la voix? Quelqu'un face à eux ou ils l'entendent sans savoir d'où elle vient?
Aussi, la dernière phrase est maladroite. Le "tss" fait rebelz, la suite fait soumis, c'est pas vraiment compatible. ^^'

"-Je vous remercie, soldat Heliel, vous petes bien bon. Vous pouvez disposer. Je tiens tout de même à vous dire que ce qu'il s'est passé n'est pas dû au hasard. Cela vient surement de ce que l'on appelle...La Peur."
---
Heliel partit sans répondre au roi.
Le roi balance une phrase pleine de mystère, et l'autre, il se casse. x)

Voila.

-----------------------

Conclusion : pour un scénario de jeu où la psychologie des personnages est pas importante, ça passe, mais tu as posté dans la catégorie littérature, donc je le juge comme une œuvre littéraire, et là c'est encore bancal. Quoique ça s'arrange un peu à la fin. On sort du gros cliché et les choses prennent une tournure intéressante. Ceci dit, si tu n'approfondis par le caractère de tes personnages, toute ton intrigue sera gâchée, aussi évoluée soit-elle.

Bonne continuation / amélioration donc. ^^

_________________

« Parce que certains mystères ne demandent pas à être compris, ils ont pour seul désir d’être vécus. » - Oskar Fleisjr, Chroniques de Liève.

elm6
Justicier Lv.Zero
Justicier Lv.Zero

Messages : 2547
Age : 26

Fiche
Palmarès: 2
Spécialité: Ecriture, making
Avertissements: Aucun

Voir le profil de l'utilisateur http://imagin.jeunforum.com/portal.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques d'Hornia: Un Sourire

Message par BARVACHE le Jeu 24 Fév - 19:12

Merci de vos commentaires=)
Le début est foiré parce qu'il s'agissait du scenario que je présentais sur l'autre fofow. J'ai compris ce que j'ai à modif, je m'y attele dès demain si le temps ne me fait pas défaut.

BARVACHE
Noobzor Lv.5
Noobzor Lv.5

Messages : 30
Age : 21

Fiche
Palmarès: Aucun
Spécialité: N/A
Avertissements: Aucun

Voir le profil de l'utilisateur http://rpgvx-requiem.jimdo.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chroniques d'Hornia: Un Sourire

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum